logo histoires taboues sombre

Histoire Sexe Chantage – Envoyée par Caro

Ebook Inceste Mère Fils
Pub Francais refractaire 300 250
Ebook Inceste Mère Fils

Histoire sexe chantage -Envoyé par Caro

HistoiresTaboues.fr : Bonjour, peux tu te présenter pour nos abonnés ?

 Salut ma Véronique que j’adore et longue vie à ton site superbe.
Voila j’aimerai que tu publies mon récit authentique dans la section histoire sexe chantage.
Je suis une femme de 52 ans et j’ai été victime d’un pervers narcissique qui m’a fait du chantage au travail.
Il s’agit de mon patron , un mec autoritaire et méprisable, je suis maman.

HistoiresTaboues.fr : quel témoignage voulais tu partager avec nous ?

C’était il y à 2 ans et je sortais d’un divorce qui m’a plongé dans une dépression sévère.
Je suis de nature une femme plutôt soumise et qui raconte peu ses émotions.
Dès le début de ma séparation avec mon ex j’ai commencé a moins bien travailler et mon patron me faisait des reproches.
Il savait que je divorçais et je sentais qu’il voulait me licencier car je pleurais souvent au bureau.
Il y a des jours on je ne travaillais presque pas …


A un moment j’ai eu envie de me masturber au bureau pour me vides la tête.
Je suis donc allé sur des sites pornos et sur ma pause de midi, pendant que mon patron n’était pas la je me caressais et jouissais.
Cela me faisait du bien mais me fatiguait aussi.

Un jour je reçus une lettre recommandée de ma société j’avais rendez vous dans le bureau de mon patron le Vendredi à 16Heures.
J’avais peur du licenciement.
J’ai donc du attendre plusieurs jours, la peur au ventre.
Le Vendredi à 16 Heures je frappe à son bureau.
Je m’assois comme une petite fille, il finit un truc puis me fixe.

Lise (c’est mon prénom), j’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer.
J’ai vu que depuis ton divorce il y a quelques mois tu travailles beaucoup moins bien.
De plus j’ai vu que tu allais sur des sites pornos le midi, rien que cela est un motif de licenciement pour faute grave.
Je commence à m’effondre, faute grave ca veut dire pas de chômage.
Fallait réfléchir avant me dit il.

Je commence à pleurer, je m excuse, je lui dis que je vais plus le refaire, j’ai honte de moi.
Trop tard me dit il, tu vas recevoir ton solde de tout compte tout à l’heure.
Je commence à le supplier, je ferais tout ce qu’il me demande mais par pitié pas de licenciement maintenant car j’ai un crédit et un fils de 13 ans à l’époque à charge.
Il me fixe longuement.

Tout ce que je vous demande vraiment ?
Je promets que oui , sur le moment je pensais à tout ce qu’il me demande du point de vu professionnel bien sur.
Et bien je suspends ma décision pour le moment, nous verrons bien si vous tenez parole.
Demain vous venez en jupe très courte, collants sans culotte dessous.

A l’époque j’étais naïve, j’aurai du l’enregistrer et avoir comme preuve ce chantage sexuel visiblement.
J’étais abasourdie par sa demande.

Il m’a ensuite dit que je pouvais sortir, qu’on verrait demain si je fais tout ce qu’il me demande.
Le soir j’étais encore sous le choc … Soit refuser et licenciement pour faute grave, soit j’accepte et je sais pas du tout ou tout cela va me mener.

Le soir je mange silencieusement avec mon fils, je pense au crédit, à lui si j’ai plus d’argent.
Je prends la décision d’entrer dans ce jeu pervers, ma nature soumise m’a surement aidé à accepter l’inacceptable.
Etant très peu sure de moi, j’ai regardé dans mon lot de jupe laquelle serait suffisamment courte sans faire trop vulgaire.

J’ai mis un collant noir sans culotte dessous comme je devais me présenter le lendemain et j’ai essayé plusieurs jupes.
Pensant avoir trouvé la bonne j’appelle mon fils pour qu’il me confirme que c’est excitant mais pas trop.
Il trouve que celle la me sert un peu trop, elle est en effet vieille de plusieurs années.

Je lui montre 3 autres et il en choisit une qu’il pense plus jolie.
J’ai la tête un peu à l’envers, machinalement j’enlève ma jupe devant mon fils oubliant que je n’avais pas de culotte.
Je me tourne pour prendre ma jupette et mon fils à une vue imprenable sur mes fesses.
J’ai le sexe rasé, ce jour la mon fils à vraiment profité gratuitement du spectacle mdr.
Bref je mets la seconde et mon fils me dit qu’elle me va mieux.

Je me baisse et je lui demande si elle remonte pas trop.
On voit un peu tes fesses quand tu te baisses maman, baisse la un peu.
Finalement je trouve la bonne position. Je l’embrasse.
Le lendemain je me présente au travail dans la tenue demandée.

Je sens que je fais une bêtise, je me sens victime, mais ai je le choix à ce moment ?
Mon patron entre dans mon bureau vers 10H30, il ferme la porte de mon bureau.

Lève toi Caroline me dit il.
J’ai honte, je me lève.
Très bien, c’est pour pour la jupe courte, levez la maintenant.
Il me traite comme une pute et me sors du vous.
Je lève ma jupe, je me tourne, il voit ma chatte et mon cul en transparence.
Je sais pas ce qu’il va faire ensuite mais il retourne dans son bureau.
Veuillez à être toujours habillée de la sorte.

Ah au fait, je veux que vous m’invitiez chez vous Vendredi soir, faites moi un bon petit plat.
Par contre recevez moi en jupe encore plus courte Vendredi soir chez vous.
Pour le moment je sauvais mon emploi et je commençais à postuler à d’autres emplois car si il changeait d’avis c’est le licenciement sans chômage.

Le Jeudi soir je rappelle mon fils et je lui dis que mon patron va venir manger à la maison avec nous.
Je lui explique que je veux une augmentation et que je vais m’habiller super court pour le charmer.
Bien sur c’est faux mais j’avais honte de lui dire la vérité. J’allais pas lui dire que j’étais victime de chantage sexuel de la part de mon patron.

Je demande ensuite à mon fils de m’aider à choisir la jupette la plus courte.
Je suis encore en collant sans culotte et mon fils se rince l’œil, de toute façon il me verra pendant le repas aussi, autant qu’il s’habitue.
Il confirme mon choix de la jupette la plus courte sans faire trop ridicule.
Par contre la si je me baisse un peu tout le monde voit la raie de mes fesses.

Le Vendredi soir arrive, j’ai préparé le repas pour moi mon fils et mon patron.
Ca me rassure que mon fils soit la , ca va éviter les gros dérapages, du moins je l’espère.
Je fais un plat simple, j’ai pas le cœur à cuisiner.

Mon patron arrive vers 21 Heures, il semble de bonne humeur.
Pendant le repas mon patron se conduit plutôt bien.
Puis à un moment il me rejoint dans la cuisine.
Tu vas te baisser pour ramasser quelque chose par terre tout à l’heure, je veux que moi et ton fils on voit ton gros cul en transparence.

Et vous me gardez si je fais cela ?
Si t es bien sage j’annule ton licenciement.
Vu mon age je me sens contrainte de tout accepter.

A un moment je fais tomber un couvert en allant vers la cuisine, je me suis baissée et je leur ai laissé le temps de contempler la vue.
En revenant à table je savais que mon fils et mon patron avaient vu mon cul, ils avait une tête différente.
Mon patron me glisse alors à l’oreille d’aller dans ma chambre avec lui.

Je suis allé dans la chambre avec lui, il à laissé la porte ouverte et m’a dit de me mettre nue.
Je lui dit que mon fils pourrait entrer et nous voir.
Ca m ‘excite si cela arrivait, fait ce que je te dis.

Je me suis mise nue en espérant que mon fils reste sagement à table.
Mon patron ma mise à 4 pattes sur le lit et m’a obligé à le sucer.
J’étais à 4 pattes le cul tourné vers la porte, ce pervers jouissait du plaisir que mon fils voit sa mère humiliée à baiser son patron.
Je le suçais fort pour qu’il jouisse vite et me sortir de cette situation humiliante.

Puis il m’a prise à 4 pattes et m’a juté dedans sans préservatif (oui Vero c’est pour cela que je poste ce témoignage humiliant).
Il était déjà habillé et j’allais me rhabiller moi aussi.
Non me dit il, tu remets pas ta jupe.

Mais mon fils ?
Je m’en fou.
J’ai donc fait une heure de plus avec lui , en collant sans culotte, son sperme faisant une tache sur mon collant.
Mon fils m’a vue quasiment nue pendant une heure et j’avais honte de moi.
Je le détestais, je savais qu’il me fallait partir.

La semaine suivante j’ai fait une crise de nerf après qu’il me reprenne sans capote dans mon bureau.
J’ai menacé de tout dire et il m’a proposé un licenciement à l’amiable.
J’ai sauté sur l’occasion et j’ai trouvé un autre emploi 8 mois après.