logo histoires taboues sombre
Ebook Inceste Mère Fils
Pub Francais refractaire 300 250
Ebook Inceste Mère Fils

Sexe viol, le fantasme de Chantal

Sexe viol Histoires Taboues

Sexe Viol -Envoyé par Marie Chantal

 Témoignage mis en forme par Véronique Gent pour votre plaisir de lecteur.

Bonjour,

J’espère que vous ne trouverez pas mon fantasme réalisé trop crade et que vous le publierez.
Je suis une femme de 46 ans ,mariée, mère de 2 enfants et très soumise.

J’ai toujours aimé la soumission, surtout la soumission violente.
C’est dans l’ultra soumission que je prends mon plus grand plaisir.
Mon mari est adorable, mais pas du tout dominant.
Alors parfois, je reste des mois sans orgasme ce qui nous frustre tous les deux.
Mon mari m’a inscrite sur un site BDSM et parfois, je rencontre des hommes ultra dominants qui frisent parfois la dangerosité.

Mon mari sait très bien que mon fantasme le plus fort c’est le viol réel, non simulé.
Mais bon, entre le fantasme et réalité y a parfois un gouffre.
Je savais pas trop si j’étais soumise ou complètement folle à avoir de tels désirs sexuels.

Mon mari travaille dans les ressources humaines d’un grand groupe et il lui arrive parfois de vérifier le casier judicaire des candidats.
Il y à 2 ans il est entré à la maison avec un air un peu bizarre.

Il venait de découvrir qu’un candidat de 37 ans avait fait de la prison pour viol.
Cela l’avait choqué profondément.
Le candidat semblait intéressant, mais son supérieur lui avait interdit d’embaucher des personnes avec un casier judiciaire.

Le soir même de sa découverte, il en parla avec moi.
Tu te rends compte ?, le viol c’est grave me dit il.
Le soir même, je lui ai demandé de me pénétrer et de me parler de ce candidat violeur.
Je lui pose des questions coquines, comment étaient les femmes victimes , comment cela était arrivé.
Il me répondait toujours qu’il n’avait pas accès a ce genre d’information.
Il me demande si une femme peut jouir lors d’un viol.
Je lui dis que je pense que oui, mais que pour la plupart des femmes la réponse est non.

Et on part dans un délire ou le candidat me viole à la maison pendant que mon mari n’est pas la.
Savoir qu’il avait un contact avec un vrai violeur me mettait en transe.
Tous les jours je lui demandait de me parler du violeur et je jouissais fort avec mon imagination.

Mon mari était déstabilisé par mes orgasmes en pensant à un autre.
Tu as tellement envi de cela? me demande t-il.
Je lui dit que oui, mais qu’entre la réalité et la fiction je n’étais sure de rien.

Il me répond qu’il ne va pas dévoiler le casier à son supérieur.
Il aura surement un CDD de plusieurs mois.
On profitera de ce temps pour que tu jouisses avec nos scénarios du soir.
J’étais d’accord avec lui.
Je lui demandais aussi de m’amener une photo du type.
Le soir même, il revient avec la photo demandée.
Sur la photo, le violeur faisait plus vieux que son Age, je le trouvais plutot séduisant.

Je lui demande si le type sait que mon mari sait que c’est un violeur.
Il me répond que non.
Il ne sait pas que j’ai vu son casier judiciaire.

Tous les jours, mon mari me pénètre en parlant du candidat violeur.
Il à même mis sa photo en grand sur l’écran de l’ordinateur, pour que je le vois pendant qu’il me pénètre.
Et à chaque fois je jouie fort.

Je finis par lui demander si il à eu son CDD.
Il me répond qu’il doit prendre sa décision avec son supérieur.
Tu es sure que tu veux que j’appuie son CDD ? me demanda t-il.
Je lui réponds que j’aime jouer avec le feu.

Quelques jours après, il me dit que le type est pris pour un premier CDD de 3 mois renouvelable.
Quelle est sa fonction dans l’entreprise ?
Il est une sorte de coursier entre les différents établissements de l’entreprise, une sorte d’homme à tout faire.

Tous les jours, mon mari me met la photo du violeur et tous les jours je jouie mais de moins en moins fort avec le temps.
Je dis à mon mari qu’on devrait jouer avec lui.
Comment me dit il?

Je lui dit qu’il faudrait qu’il l’envoi chercher quelquechose dans la maison pendant que je suis seule.
Il ne doit pas que je suis ta femme lui dis-je.
Je m’habillerai provocante et on verra si il saisit sa chance.

Tu sais qu’il peut te violer ? me demande mon mari.
Oui, mais tu sais que cela m’excite beaucoup.
Le temps passe et tous les soirs je jouie devant le visage du violeur qui s’affiche sur l’écran de l’ordinateur.

On s’approchait de la fin du troisième mois de CDD et je demande à mon mari si le violeur va avoir un renouvellement de son CDD.
Je ne pense pas me dit il.
Mon supérieur ne l’aime pas trop, il n’aime pas sa personnalité.
J’ai donc appris qu’il devait quitter la société dans les 2 prochaines semaines.

Je dis à mon mari que je voulais tenter notre scénario avant qu’il parte de l’entreprise.
Envoie le à la maison, on va changer le nom sur la boite aux lettres, il ne se doutera de rien.
Tu lui dis de venir chercher des cartons que j’aurai dans le salon.
Nous verrons bien si il tentera sa chance avec moi.

J’ai ensuite présenté plusieurs tenues à mon mari.
Ensemble, on a opté pour une jupe courte, des collants couleur chaire et un haut légèrement transparent.

On a ensemble ajusté la position de la jupe, de telle manière que, lorsque je me baisse pour récupérer le paquet, le type voit que j’ai pas de culotte sous les collants.
Je suis une femme d’un certain age , aussi j’ai quelques rondeurs, mais on me dit appétissante.
Le Jeudi soir est la et mon mari me demande si je suis sure de moi pour le lendemain.

Il risque de te violer réellement et tu sais qu’on pourra rien dire vu qu’on aura tout provoqué.
J’hésite.
Mais quand mon mari me pénètre et que je regarde la tête de l’autre sur l’écran, je suis sure de moi.

J’en ai marre, je veux savoir si c’est comme je crois.
Fait le venir demain et j’assume tout.
Le lendemain, mon mari lui donne l’ordre d’aller récupérer un paquet chez nous.

Le type avait toute l’après midi pour faire ce qu’il veut de moi.
C’était de toute manière sa dernière journée en entreprise.
Le violeur devait venir chercher le paquet vers quatorze heure.
Je suis excitée et j’ai très peur. Comment va t-il se comporter ? Va t-il me faire du mal ?
Vers 14H10 j’entends la sonnerie du pavillon.

Je regarde par la caméra de surveillance et je le reconnais.
J’ouvre la porte.
Il me dit qu’il vient pour prendre un paquet.
Je lui dis de me suivre dans le salon.
Il est à l’entrée du salon.
Je fais quelques pas et je me baisse lentement pour prendre le paquet.

Je reste baissée assez longtemps exprès pour être sure qu’il voit la raie de mes fesses à travers le collant.
J’allais me relever, déçue qu’il ne tente rien.
Mais je sens sa main se poser sur mes fesses.
T’aimes la bite salope, me dit il.
Je fais mine de ne pas comprendre et je le repousse.

Et c’est la que j’ai compris sa psychologie.
Ce qui l’excite, c’est qu’on se refuse à lui.
D’un coup, il change littéralement de visage et me prend par les cheveux pour me plaquer au sol.
Tu crois que c’est toi qui décide? me dit il.
Je sens que j’ai surestimé ma capacité a supporter un vrai viol, j’ai envi d’arrêter.

Mais je suis allongée sur le dos et il me bloque de son poids.
Il me déchire le collant avec violence, sors sa queue dure, vient se placer entre mes cuisses et me viole sur le sol.
Ses coups sont puissants, très puissants et j’ai un premier orgasme.

Il baise comme un animal, j’avais jamais vu ca avant.
J’ai par la suite découvert que les violeurs on un comportement anormal pendant le viol.
Ils sont ultra violents et baisent de manière compulsive.
Il continue de me pénetrer avec puissance, il me regarde et contemple ma souffrance.
Il sait retarder son éjaculation.

Il me donne des coups rapides, profonds et puissants sans jamais éjaculer.
Puis, il à finit par exiger que je me retourne.

Et la j’ai senti son sexe vouloir entrer dans mon cul.
Mon mari n’avais jamais osé me sodomiser, de peur de me faire mal.
Seuls deux hommes dominants rencontré sur le site BDSM m’avaient sodomisé.

Je n’avais pas envie d’être sodomisée, j’étais pas prête pour cela.
Il est donc entré dans mon cul qu’il a baisé sans ménagement avec ses coups forts et rapides.

Ensuite, alors que j’étais toujours sur le ventre, il a sorti son sexe de mon cul et est entré de nouveau dans ma chatte.
Il avait un don exceptionnel pour retarder l’éjaculation.
Il me baisait avec la fougue d’un animal tout en me traitant de sale pute.
Il à finit par jouir dans ma chatte dans cette position.
Une fois son plaisir pris, il est parti en courant, laissant le paquet qu’il était venu chercher.

Le soir mon mari est entré et je lui ai tout raconté.
Depuis, j’ai plus du tout le fantasme du viol même si j’avoue avoir jouie deux fois pendant mon viol.